Tags

Related Posts

Share This

Les conséquences de la réhabilitation urbaine

Les questions qui tournent autour du potentiel de délabrement urbain de la capitale française sont étroitement liée au type de construction et à l’âge des immeubles. Ce ne sont pas les bâtiments construits dans les 50 premières années du 19ème siècle et ayant survécu à la réhabilitation menée par Haussmann qui sont les plus touchés par ce fameux délabrement urbain, différent de ce que l’on pourrait imaginer. Au contraire, il s’agit des ouvrages mises sur pied à partir de l’année 1850 dans le domaine des incorporations et de l’industrialisation de municipalités qui sont voisines dans la ville de Paris.

Jusqu’à ces dernières années, les quartiers tels que Montparnasse représentaient des endroits relativement homogènes formés de bâtiments qui datent de la deuxième partie du 19ème siècle. Ainsi, on est témoin d’une métamorphose sous forme de démolition des logements ouvriers avec en parallèle une substitution des couches de population.

Cela se déroule depuis que ces quartiers sont visés par la réhabilitation urbaine. De plus, il y a récemment eu une expansion des tramways que vous pouvez voir sur le site Web www.grand-paris.jll.fr. Montparnasse est de plus en plus sous le contrôle de spéculateurs privés. Ces derniers participent à sa restructuration en un unique quartier pour les couches moyennes par l’aménagement de logements haut standing.

Pour un autre Montparnasse

Les métamorphoses ont débuté en 1965 lorsque démolir le hall de la gare de Montparnasse fut prise comme décision. Grâce à sa valeur historique importante, la trêve avec la représentation de l’occupation allemande fut faite en 1949. Ainsi, l’aménagement d’une nouvelle gare à 500 mètres au sud-ouest de l’ancienne et une tour de bureaux devrait avoir lieu.

Depuis 1958, la mise en oeuvre d’un gratte-ciel au-dessus de la gare de Montparnasse était déjà décidée. C’est en 1959 que les travaux ont pû commencer suite à une série de changements des plans et des prestations véhémentes. Il y avait au total 46 compagnies financières internationales qui participaient à sa construction. Etant le premier gratte-ciel de Paris, la tour sera très rapidement le symbole de l’abandon des quartiers historiques aux mains des spéculateurs immobiliers.

Une ferme à Montparnasse

C’est un projet qui vise à intervenir sur la toiture du centre commercial de la tour Montparnasse par une couche de terre épaisse dans le but d’avoir le caractère d’un terrain naturel. Il s’agit de faire une réintégration de la notion de culture hors-sol en transposant un terrain fertile des zones rurales au milieu de la ville. Ce terrain est à la fois préservé des sols urbains qui sont pollués et enlevé de son emplacement d’origine.

Le paysage qu’il constitue ainsi que sa dimension lui assignent presque le statut d’un territoire bien qu’il soit hors-sol par principe. Fonctionnant sur l’exemple de la cueillette, la ferme Montparnasse invite tous ses clients à venir se fournir à la source sans intermédiare. Cette ferme sera voisine de la tour Montparnasse qui est devenu à présent un immeuble sans aucune trace d’amiante.

Vous pouvez vous procurer des informations sur son désamiantage avec info-amiante.tour-montparnasse.fr. Au final, cette fameuse tour de la capitale française a réussi à désamianter toutes les parties de ses lieux qui contenaient ce produit cancérigène.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)