Du vin conservé dans de vrais chefs d’œuvre

Du vin conservé dans de vrais chefs d’œuvre

Bien avant la modernisation des systèmes de productions dans les plantations vinicoles, les producteurs faisaient construire des chais certes très grands mais très simples. Sur www.mybettanedesseauve.fr vous verrez que cette époque est maintenant révolue. Les maisons destinées à la conservation des crus sont aujourd’hui des édifices qui rivalisent valablement avec d’autres grands édifices et qui contribuent à l’embellissement du département. Les vignobles modernes ressemblent beaucoup à des sites touristiques offrants des architectures admirables qui sont réalisés pour la plupart par des grands du domaine. Les vignerons ne se contentent plus de grands espaces pour la conservation des vins, ils misent fortement sur la qualité du bâtiment qui va l’abriter. En outre, notez que la présentation du chai peut maintenant déterminer le prestige de la vigne et le mode de gestion qui y est appliqué. Un œuvre très imposante peut être synonyme de richesse et justifier la bonne gestion de la vigne. Cette tendance a été lancée dans les années 80 lorsque le premier grand cru de Pauillac fait appel au catalan le plus célèbre des constructions modernes en ce temps-là qui n’était autre que l’imminent architecte Ricardo Boffill. C’est à partir de là que tout a démarré, comme une course vers la construction du plus beau château, les propriétaires ont emboîté le pas posé par Lafite- Rotschild et tentent de se dépasser chai après chai. Ainsi, dans les châteaux bordelais, c’est devenu une coutume en vogue que de faire appel à un grand nom pour ériger un monument de qualité pour la bonne vinification mais surtout pour impressionner la concurrence et toutes sortes de visiteurs qui sera amené à passer dans le département.

La valse des grands noms

Depuis que la construction des bâtisses dédiées au vin fait appel à des personnalités de renommée mondiale, les vignerons n’ont de cesse de les faire défiler dans leurs vignes à tour de rôle. Il va de soi que ces beaux géants qui ornent les vignobles aujourd’hui sont évalués à des coûts vertigineux, mais le prestige et le respect qu’ils imposent sont à la hauteur de l’investissement. Si des noms tels que celui de Jean- Michel Wilmotte, du français Christian de Portzamparc ou du britannique Norman Foster ne vous disent rien, essayez donc de visiter les différents chais modernes existant ou d’aller sur les sites qui en parlent pour mieux vous informer. Ce sont des personnalités célèbres comme celles-là qui sont très souvent invitées dans les plantations bordelaises afin d’aider les producteurs à moderniser leurs installations pour se retrouver à la pointe du défit actuel. Il est bien cependant de savoir qu’il n’y a pas que des grands pour ériger ces lustres, les petits noms de la gironde bien que moins célèbres que les autres sont eux aussi bien présents dans la liste des réalisateurs des chais du Bordelais. Vous pouvez trouver les cabinets ou particuliers qui sont parvenus à se faire une place sur http://www.sudouest.fr/2013/11/15/vin-les-architectes-stars-des-chais-girondins-1230508-713.php, en arrachant des marchés non négligeables bien que moins onéreux que ceux réalisés par les artistes mondialement reconnus.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)